Actualités

PMA : la loi encore en débat

Publié le 5 mai 2021

 

Dimanche 21 février 2021 s’est tenue la manifestation pro-PMA devant l’Assemblée Nationale. Les manifestants-es revendiquaient une ouverture de cette procédure médicale à toutes les femmes. Alors que le projet de loi a été voté, il reste encore très sensible dans le débat public. 

Au milieu des bâtiments Haussmanniens se trouvent une centaine de personnes. Sur les banderoles, on peut y voir « Mon corps, mon choix » ou « PMA pour toutes ». Le nouveau parti anticapitaliste organise une partie du rassemblement. Les cris de joie et le son de l’hautparleur font échos entre les bâtisses. A quelques pas de là se trouve l’Assemblée Nationale. Le 24 juillet 2019, c’était à cet endroit même qu’Agnès Buzyn, Frédérique Vidal et Nicole Belloubet proposait la réforme de la PMA. Cette réforme envisage d’ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. En somme, à toutes les femmes qui le désireraient. Le 15 octobre, la loi passe à l’Assemblée Nationale, qui l’approuve par la suite. Le projet passe favorablement en deuxième lecture. Mais le 2 février 2021, le Sénat annule l’article 1 visant à ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. 

Le passé de la loi 

Cette nouvelle réforme de la loi de bioéthique de 2011 s’inscrit dans un contexte de diversité sexuelle. La loi dispose que la procédure de PMA soit effectuée seulement pour les couples hétérosexuels. Le processus permet d’utiliser un « ensemble de techniques médicales qui peuvent être proposées à des couples ayant des difficultés à avoir un enfant ».  Dans le texte, un ensemble d’articles, du 29 au 39, encadre cette pratique. Parmi eux, l’encadrement de la création in vitro, le transfert d’embryon et la lutte contre l’infertilité.  Emmanuel Macron, durant sa campagne de 2017, avait pourtant promis l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Secrétaire d’Etat au Ministère de la santé, Adrien Taquet s’était dit « abasourdi » par le refus du Sénat : « Est-ce que c’est la marchandisation qui avance masquée ? » avait-t-il affirmé devant l’Assemblée. Il dénonçait également un « recul » par rapport aux votes législatifs de l’année dernière.  

La défense de la loi 

Dès le dépôt du projet, Agnès Buzyn, alors ministre de la santé, avait justifié ce choix de réforme devant les députés : « Les familles monoparentales et homoparentales existent déjà ». Elle avait ajouté qu’« il serait hypocrite de ne pas le voir que de persister à ne pas le reconnaître ». Du côté gauche, c’est Jean-Luc Mélenchon qui a défendu le projet : « il n’y a pas de vérité biologique, il n’y a qu’une vérité : elle est sociale et culturelle ». De retour dans la rue, certaines manifestantes trouvent l’action de mobilisation tout à fait légitime : « C’est une exclusion de permettre la PMA aux hétéros mais pas aux homosexuels ». Un refus qui est « impossible à tolérer ». 

La manifestation s’est déroulée dans le calme. Après une minute de silence poing levé, la foule applaudit, danse, chante, au rythme de son engagement. 

Noé

Par Sarah Ouaddi

Dernière modification le 05/05/2021 à 00h58

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Sécurité, égalité, LGBTQIA+

Sécurité, égalité, LGBTQIA+

Image illustration Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français

Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français

Image illustration La Tunisie comme un journal

La Tunisie comme un journal