Actualités

Un parc sans attractions

Publié le 16 mai 2021

Les terrasses des restaurants et les lieux culturels peuvent rouvrir leurs portes dès le 19 mai accompagnés des parcs d’attraction. Mais petite différence par rapport à l’année dernière, aucune entrée dans les manèges ne sera autorisée. 

 

 

 

Les parcs d’attraction font partie des victimes collatérales de la Covid-19.

Un débat est né lorsque le gouvernement a annoncé la réouverture de tous les parcs d’attractions avec pour contraintes, une jauge de 5 000 personnes et l’interdiction formelle de la mise en route des manèges.

 

 

 

Mais dans ce cas, que peut-on y faire ?

 

 

 

Une petite balade, un pique-nique, une après-midi divertissante dans un de vos parcs préférés. Ou même reprendre petit à petit la même vie qu’avant. 

Malgré l'attente d'une date de réouverture, les parcs d’attractions se tenaient prêts à rebondir. Ils espéraient bien ouvrir dès le 15 mai, pour le week-end de l'Ascension.  

L’attente se devra d’être un peu plus longue, le 19 mai pour le parc et le 9 mai pour ses attractions. 

En effet, le gouvernement autorise la réouverture des parcs à thème et non ceux d’attractions. Certains parcs tels que Disneyland Paris chercheraient à réouvrir en laissant leurs attractions fermées, et cette idée a été autorisée.

«  Et donc ça sert à quoi alors ? » Sofiya, une collégienne perplexe après l’annonce du gouvernement.

Cette mesure est compliquée à comprendre même pour les plus grands, patrick, étudiant, affirme même que c’est : « illogique, c’est comme ouvrir un restaurant sans rien servir à manger ni à boire. Et puis si l’on y va, c’est à 90 % pour faire les attractions et   10 % pour le décor donc ça ne vaut pas le coup d’y aller. Encore moins en période de pandémie. »

Depuis février, les parcs d’attractions donnent des dates de réouverture toutes les deux semaines, mais peut-être que ce 9 juin sera la réouverture officielle et définitive de vos parcs d’attractions préférés.  

 

 

 

Les Mickey en colère 

 

 

 

De nombreux employés sont mécontents de la situation. 

David, responsable d’une des attractions du parc Astérix trouve que « rouvrir le lieu de travail sans pouvoir y  travailler est complètement aberrant ».

Ludwig, ancien salarié du parc Disneyland Paris trouve ça « bête surtout si les touristes payent le même prix. Par exemple pour Disney un billet coûte 80 €, s’ils baissent à   10-15 € pour se balader dans le parc, y faire un pique-nique pourquoi pas. Mais payer   80 € pour se balader, financièrement ça ne sert à rien. »

D’autres ne comprennent pas la différence entre parc à thème et un parc d’attractions comme le directeur du parc Astérix : « On ne comprend déjà pas très bien, ça veut dire quoi un parc d'attraction sans attractions, et un parc à thème ? »

 

 

 

Cendrine Raymond, restauratrice, s’exprime sur la réouverture des parcs d’attractions qui sont pour elle un réel moyen de divertissement : « Il n’y a pour moi aucun intérêt à aller dans un parc d’attractions si les activités ne sont pas ouvertes.. allons nous payer le même prix pour déambuler dans les allées ? Cela fait un peu village fantôme, et puis cela ne sera pas rentable pour les parcs, car les gens ne viendront pas en masse pour consommer ou s’amuser. Un parc est un tout, soit on ouvre, soit on n’ouvre pas. »

 

 

 

Deuxième round pour le gouvernement 

 

 

 

Un deuxième débat qui fait rage concernant cette réouverture : le pass sanitaire.

«  C’est hors de question que l’on m’oblige à faire le vaccin pour pouvoir JUSTE me promener dans un parc d’attractions. » C’est Virginie, mère de deux enfants qui avait l’habitude d’aller durant les vacances d’été au parc Astérix, qui affirme cela.

En effet, ce pass contenant la date du vaccin sera probablement demandé à l’entrée. Mais qu’en est-il des étudiants pas encore vaccinés car leur tour n’est pas venu ? Les adultes attendant leur deuxième dose ? Puis les enfants qui n’ont pas encore le droit au vaccin ? 

Avec un pass sanitaire imposé aux parcs d'attractions, beaucoup d'entreprises du secteur ne pourraient tout simplement pas rouvrir.

Le directeur du parc Astérix annonce formellement qu’il ne veut pas du pass sanitaire : « Ça pose deux problèmes. On est une activité d'impulsion, les gens décident la veille pour le lendemain qu'ils viennent. S'il faut faire un test, des papiers, on va perdre de la clientèle. Et puis on n'est pas équipés, tout simplement, pour lire les pass sanitaires, il faudrait en lire 15 000 par jour, sans compter les personnes nous présentant un papier dont il faudrait vérifier l’identité. » 

 

 

Pour l’instant les directeurs de parc d’attractions sont en plein dilemme et attendent plus d’informations pour convenir d’une réouverture officielle. 

 

Odyssée 

Par Odyssée Deraedt

Dernière modification le 06/06/2021 à 15h06

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Festival de Cannes 2021 : les lauréats de la 74e édition

Festival de Cannes 2021 : les lauréats de la 74e édition

Image illustration Où en sommes-nous de la rentrée littéraire 2021 ?

Où en sommes-nous de la rentrée littéraire 2021 ?

Image illustration Miss France, coulisses d’un concours hors du temps

Miss France, coulisses d’un concours hors du temps