Actualités

Une augmentation des adoptions animalières

Publié le 23 mai 2021

Depuis la pandémie et ses confinements, nos amis à quatre pattes sourient de nouveau. La SPA, touchée par les demandes affluantes pour adopter un animal, met tout en oeuvre pour mettre ses boules de poils dans de belles familles.

 

Depuis le premier confinement, la maltraitance animale a augmenté. Mais contre toute attente, les adoptions en SPA aussi. 

De nombreuses familles souhaitent adopter un chat ou un chien car dorénavant, ils ont le temps. Le télétravail le permet et les longues semaines de confinements deviennent ennuyantes. Adopter un chien est également un échappatoire au couvre feux car évidemment, les sorties des animaux de compagnie sont possible après les horaires imposées à la population.

 

Une adoption compulsive

 

Certaines familles ne souhaitent pas adopter un animal pour les bonnes raisons. De l’ennuie, du temps à perdre, le couvre feux … La SPA lutte contre ces adoptions qui mèneront la plus part du temps à un abandon. 

« Un animal n’est pas un jouet. Ce n’est pas quelques chose d’éphémère. C’est un acte murement réfléchi. On n’adopte pas un animal et dans quelques mois se demander ce que l’on va en faire. » Bérengère, bénévole à la SPA explique que durant le confinement, une campagne contre les adoptions compulsives a été lancée. 

« Dans la mesure du possible nous contrôlons les demandes. Nous sélectionnons les familles honnêtes qui ont une raison valable et durable pour adopter un animal à la SPA. » 

Elle a donné l’exemple d’un couple qui souhait adopter un chat depuis longtemps.  Ils ont décidé que c’était le bon moment, et une semaine plus tard, l’animal est revenu au refuge. C’était une raison propre au couple, mais une raison qui ne suffisait pas au refuge.

Il ne faut pas oublier qu’un animal dans ce type de refuge est un animal traumatisé. Il a été abandonné ou maltraité. 

 

Une mesure qui fait du bien 

 

Avec le début des mesures sanitaires, le refuge a été contraint de fermer ses portes au public. Seules les familles qui adoptaient venaient retrouver l’animal sur place.

La procédure d’adoption est bien différente. 

Avant la pandémie, les personnes souhaitant adopter pouvaient venir tous les jours, toutes les heures pour rencontrer les animaux. « Ça en devenait même la balade du dimanche avec les enfants. » Bérengère explique que toute la journée l’animal voyait des dizaines de personnes le regarder, entrer dans son boxe, le câliner et repartir. Tout ça pendant des semaines voire des années. Certains même toute leur vie car il ne retrouvent pas de famille adoptives. 

Dorénavant, les visites sont interdites. Chaque animal a sa fiche de renseignement ainsi que ses photos sur la page internet de la SPA. Si un animal est choisi, la personne souhaitant l’adopter peut venir rencontrer cette boule de poile mais seulement lui. Suite à ça il choisit de l’adopter ou non. 

« Mais ça a fait beaucoup de bien à nos animaux. Puisque les allers-retours dans les chenils, pour les chiens notamment c’est très stressant. Lors du premier confinement on a vraiment constaté que nos animaux étaient beaucoup plus apaisés. » 

La bénévole du refuge de la SPA aimerait que cette mesure reste lorsque le confinement sera levé. Même si le public revient de nouveau dans les chenils et chatières, elle souhaite pourvoir garder ses animaux apaisés.

Odyssée 

 

Par Odyssée Deraedt

Dernière modification le 06/06/2021 à 15h08

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français

Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français

Image illustration Lilia : " Fonce ! C’est que du temps gagné pour toi ! "

Lilia : " Fonce ! C’est que du temps gagné pour toi ! "

Image illustration Dans la cour des grands, au théâtre Fontaine : des émotions par milliers 

Dans la cour des grands, au théâtre Fontaine : des émotions par milliers