Culture

Pablo Raison : “j’ai commencé le dessin à l’âge de 3 ans”

Publié le 9 janvier 2022

Pablo Raison habite depuis 4 ans dans le berceau français de la bande-dessinée, à Angoulême. Rien d’étonnant car tout semble l’y ramener. Ses études, sa passion, et maintenant son travail. 


“J’ai obtenu mon Diplôme National d’Art il y a 6 mois et maintenant, je me concentre sur ma passion : la cartographie”. Voilà ce que répond Pablo Raison quand on lui demande de se présenter. Si le jeune homme a passé les trois dernières années de sa vie sur les bancs de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême, il trouve son inspiration aux quatres coins du pays, et même du monde !



Un monde à portée de main

Du dessin urbain et de la bande-dessinée, voilà ce qui a rythmé la vie artistique de Pablo Raison depuis ses premiers coups de crayon à l’âge de 3 ans. Lorsqu’il est admis à l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême en 2018, sa passion est intacte et sa motivation, démultipliée, “intégrer cette école m’a poussé à continuer le dessin”, livre-t-il. Le jeune homme s’initie même à une nouvelle pratique : la cartographie. “J’apprécie beaucoup tout ce qui est précision donc je me suis naturellement orienté vers ce domaine”, explique l’artiste. Depuis plus de deux ans maintenant, il y consacre l’essentiel de ses journées et est aujourd’hui l’auteur de plusieurs dizaines de cartes. Des cartes de toutes les échelles, allant de la simple ville au grand pays en passant par la région. Récemment, il a même sorti une carte du monde, un de ses plus gros projets. “J’ai mis près d’un mois à la faire, c’était un projet assez gros et fastidieux”, confie-t-il, “je l’ai faite sur un format plus grand, le format raisin, et je travaillais sur d’autres cartes en parallèle”.
  


Mais, une chose est sûre, à mesure qu’il vide l’encre noire sur des feuilles blanches, le jeune homme de 21 ans s’épanouit, “je m’y plais très bien, et j’arrive à en vivre”. Du noir et du blanc, tout simplement. C’est là tout le charme de son travail, bien que l’artiste aimerait s’essayer à la couleur : “j’aimerais faire plus de couleurs cette année, ça demanderait plus de temps mais ce serait intéressant”, avoue t-il, en rappelant que la mise en couleurs peut prendre “2 à 3 jours supplémentaires sur la création d’une carte”. 


Au doigt et à l'œil

Ses journées de cartographe, Pablo Raison les passe, non seulement à dessiner, mais surtout à visiter. Paris, Carcassonne, Caen ou même le bassin méditerranéen, ce sont autant d’endroits que l’artiste voit de ses propres yeux avant de les poser sur papier, “je commence par étudier l’endroit en question, faire des recherches, trouver des repères…”, explique le jeune homme. Un point plus qu’essentiel selon lui, “aller sur place est important pour voir à quoi ressemblent les lieux”. 

 

De retour chez lui, Pablo Raison passe au dessin. Le voilà parti pour un voyage de plusieurs jours, “la recherche prend une journée, le temps de visiter la ville, et pour ce qui est du dessin, c’est à peu près une semaine pour un format A3”, explique-t-il. Armé de son crayon Rotring et de sa loupe “de dentiste” comme il aime la décrire, l’artiste pose son inspiration et son imaginaire sur feuille avec un premier croquis, au format A3 le plus souvent. Rotring, un choix qui n’a rien d’anodin, “ce sont des crayons très fins à pointe tubulaire avec de l’encre de Chine, c’est pratique car ça ne s’efface pas avec le temps et ça tient bien sur la feuille”, explique le jeune artiste. Quant à la loupe, il s’agit d’une aide majeure pour celui que la minutie et la précision passionnent. Il confie, “la loupe est accrochée à mon bureau et a des lumières, elle m’aide beaucoup dans la création des détails”. Une fois le croquis terminé, place au dessin, “si je dessine une ville, je vais plus m’orienter vers le centre-ville, si c’est un pays, ce sera plus un territoire”, ajoute-t-il.


Main dans la main

80 000 abonnés sur son compte Twitter @RaisonPablo et près de 15 000 sur @pabldrawing, son compte Instagram. Ce sont tout autant de personnes qui sont d’une aide précieuse pour le jeune artiste, “l’influence des gens aide beaucoup dans le choix des dessins, ils me montrent des endroits intéressants à dessiner”, explique-t-il. D’autant que le jeune homme se réjouit de pouvoir partager son travail au plus grand nombre.


De même, “avoir cette communauté est pratique car dès que j’entame une carte, il y a toujours deux ou trois personnes qui connaissent la ville en question, qui y vivent et qui peuvent donc m’orienter et me donner des conseils sur la création”, poursuit le jeune homme. Et pour cause, quand il a publié sa carte de la France en décembre dernier, l’artiste avoue, “il y avait quelques erreurs sur le nom de certaines communes et c’était pratique d’avoir des gens qui connaissaient ces noms-là pour m’aider à corriger les fautes”. Car il n’est jamais trop tard, Pablo Raison tient à accorder un minimum de temps aux corrections, “l’originale est la fautive, elle peut avoir des erreurs ou des petites coquilles, donc je numérise la carte puis je m’occupe de tout corriger au numérique”, explique l’artiste. Dès lors, l'œuvre sera prête à la vente en ligne sur ce site et à la publication sur les réseaux sociaux de l’artiste. 


“Je suis tout à fait à l’aise dans cette pratique”, confie Pablo Raison, bien qu’il aimerait revenir à ses premiers amours, “j’aimerais être plus polyvalent et me remettre aux bande-dessinées”. En ce moment, le jeune homme travaille même avec une maison d’édition, “je prépare quelque chose qui devrait arriver dans l’année”, conclut l’artiste. En attendant, Pablo Raison a commencé l’année 2022 par une nouvelle carte dont les premiers coups de crayons sont à retrouver sur Instagram ou Twitter !

 

Illustrations : Pablo Raison

Par Loïs Larges

Dernière modification le 10/01/2022 à 22h06

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Sécurité, égalité, LGBTQIA+

Sécurité, égalité, LGBTQIA+

Image illustration Le bobsleigh, ce sport olympique par excellence

Le bobsleigh, ce sport olympique par excellence

Image illustration C’est l’été avec Odyssée : Voyage à l’île de ré

C’est l’été avec Odyssée : Voyage à l’île de ré