Société

Affaire Troadec : le dénouement d’une affaire effroyable

Publié le 11 juillet 2021

Du 22 juin au 7 juillet s’est tenu le procès du quadruple meurtre d’Orvault auquel comparaissaient Hubert Caouissin et Lydie Troadec. Celui-ci avait été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire depuis 2017, son ex-femme avait été mise en examen pour « modification de l’état des lieux d’un crime » et « recel de cadavres » et placée sous contrôle judiciaire. 

Croquis d’audience de Joris Le Dain pour Ouest-France

Dans la nuit du 16 au 17 février 2017, Hubert Caouissin est suspecté d’avoir assassiné son beau-frère Pascal Troadec, sa belle-sœur Brigitte Troadec, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans et Charlotte, 18 ans dans leur domicile à Orvault (Loire-Atlantique). La cause de cet acte ? Hubert Caouissin s’était rendu chez sa belle famille dans le but de les espionner. Il était convaincu qu’ils avaient mis la main sur un magot d’or appartenant à leur famille – il semble toutefois toujours attaché à cette idée : « [L’or ?] Pour moi, cela a toujours existé. » répondit-il à la présidente de la cour. Cette affaire a marqué les esprits par les actes de violences et de barbaries inouïs. 

 

Pendant ces 12 journées de procès, une multitude d’experts et de proches sont passés à la barre. Le témoignage des sœurs de Brigitte, Martine et Hélène, a été un moment fort du troisième jour du procès. Elles ont fait entendre leur douleur et leur incompréhension, « Je ne peux pas admettre ça, je ne peux pas admettre que quatre personnes soient massacrées, dépecées, brûlées, par un pervers narcissique, pour rien ! » explique Martine à la cour.

 

L’altération du discernement

Me Patrick Larvor et Me Thierry Fillion, avocats d’Hubert Caouissin, ont insisté pendant leurs plaidoyers, le 7 juillet, sur l’état psychiatrique de leur client pendant les faits. Point important, qui peut changer le dénouement du procès. La veille, l’avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté fixée à 22 ans. 

Le dénouement

Après une délibération de plus de sept heures, les jurés ont rendu leur verdict. Hubert Caouissin est condamné à 30 ans de réclusion criminelle. Cependant, l’altération du discernement a été retenu pour son cas, il bénéficie donc d’une atténuation de peine, « On a l’impression d’avoir été entendus par la cour d’assises. » s’exclame Me Patrick Larvor. Néanmoins, l’altération n’est pas retenue pour le cas de Lydie Troadec. Condamnée à trois ans de prison (dont un avec sursis), elle est immédiatement placée en détention.

 

Par Tiffany PINTADO

Dernière modification le 13/07/2021 à 15h30

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Les jeux paralympiques commencent aujourd'hui !

Les jeux paralympiques commencent aujourd'hui !

Image illustration Est-ce que la rentrée scolaire de 2021 est impactée ?

Est-ce que la rentrée scolaire de 2021 est impactée ?

Image illustration REFLEXIONS SUR LE VIDE EXISTENTIEL

REFLEXIONS SUR LE VIDE EXISTENTIEL