Société

Hôtellerie : La sous-traitance des femmes de ménage « c’est la maltraitance »

Publié le 17 mai 2021


Depuis vingt et un mois, les femmes de ménage sont en grève à l’hôtel Ibis Batignolles dans le sud de Paris. Une révolte face à la précarité salariale et aux mauvais traitements qu’elles subissent quotidiennement.

Au moment où Marie-Jeanne est devenue femme de chambre dans l’hôtel du Sud de Paris « Hotel IBIS », elle était heureuse de trouver un travail plus stable après avoir immigré de son pays d’origine, le Cameroun.

Marie Jeanne s’est rendu compte très vite compte des tâches ardues que son rôle de femme de ménage impliquait : nettoyer 16 pièces en huit heures de travail et la pression pour maintenir un niveau de propreté de haute qualité pour chaque pièce, certaines désordonnées, d’autres laissées dans le désarroi… En tant que mère célibataire, elle se précipitait pour atteindre son quota de chambre afin d’arriver à la garderie de son fils à l’heure, et dans cette ruée vers l’équilibre entre le travail et la famille, son bien-être physique est devenu moins important que d’accomplir des heures de tâches fastidieuses et répétitives : nettoyer les carreaux de douche de haut en bas, enlever les tâches, polir les toilettes, passer l’aspirateur sur les tapis, récurer les cafetières, soulever de lourds matelas — la raison d’une de ses séquelles.

« L’entretien ménager est le travail physique le plus exigeant dans tout un hôtel », dit Marie-Jeanne, qui préfère ne pas partager son nom de famille. « Vous êtes dans les mêmes positions toute la journée, tous les jours. Vous vous penchez, vous tendez, marchez, vous tordez, vous accroupissez. » , déclare Marie-Jeanne agent hôtel Ibis.

 

Une charge mentale constante

Sa carrière de 23 ans comme hôtesse de chambre reflète celle de nombreuses femmes de chambre d’hôtel, dont la majorité sont des immigrantes appartenant à des minorités visibles. L’industrie de l’entretien ménager a un taux de blessures 40% plus élevé que tous les travailleurs du secteur tertiaire en France. Au cœur des revendications des grévistes : la fin de la sous-traitance. Dans le deuxième plus grand Ibis de France, le ménage des 706 chambres de l’hôtel est assuré par la société de nettoyage STN, sous-traitante du géant de l’hôtellerie Accor.
Les femmes de chambre sont employées par cette société. À cette charge de travail s’ajoute la pression d’apaiser les audits de nettoyage mensuel, qui mesurent l’efficacité du nettoyage d’une pièce. Le maintien de ce niveau de qualité augmente le travail au temps dont une femme de ménage a besoin pour remplir les quotas. “Il y a un certain quota de chambres a réalisé,” dis Marie-Jeanne “Si, tu es en retard de ne serait-ce que 10 minutes… La tension commence à monter.”

Marie Jeanne et ses collègues ont de meilleures conditions que la plupart… Leur contrat syndical sous la section locale du  75 du CGT limite maintenant la charge de travail à 15 chambres et offre de meilleurs avantages. Elle peut céder deux ou trois chambres par jour, selon la situation. Dans d’autres hôtels de Paris, les femmes de chambres n’ont pas ces droits et leurs avantages varient. Un des amis de Marie-Jeanne doit nettoyer 18 chambres par jour et ne peut pas partir tant que son quota n’est pas rempli. De nombreux travailleurs sautent régulièrement des pauses, restent en retard pour terminer le travail et endurent des efforts physiques de peur d’être renvoyés.La tendance actuelle à Paris a également accru les craintes des femmes de ménage au sujet de la sécurité de l’emploi, peu importe l’hôtel où elles travaillent. Plusieurs hôtels se transforment en petit appartement, coûtant des milliers d’emplois, tandis que les programmes de développement durable encouragent les clients à conserver leur énergie en renonçant à l’entretien ménager, laissant les travailleurs sans chambres à nettoyer. Certains se méfient de parler de leur tension corporelle ou de tout ce qui pourrait les rendre faibles ou incapables de travailler sous peine d’être renvoyés chez eux définitivement . Ceux qui le font sont blâmés par la direction ou parfois écartés.

Crédit : leparisien.fr

« L’entretien ménager est le cœur de l’hôtel et habituellement la fonction
la moins appréciée. », Benjamin Amar, porte parole de la CGT.

Les blessures s’enchaînent

Selon un récent rapport CGT France, soulignant la précarité du travail des femmes de ménage de plusieurs grandes chaînes hôtelières de France, la charge de travail des femmes de chambres augmente, tout comme le taux de blessures. Les chambres d’hôtel nécessitent beaucoup plus de nettoyage qu’il y a des années, alors que les attentes des clients ont augmenté. Malgré les blessures, beaucoup continuent de travailler dans le même emploi. Comme l’a fait remarquer Benjamin Amar porte parole de la CGT.


Un cas mis en évidence dans cette étude est celui de Lydie Ngokaba, une immigrante Congolaise qui travaille dans un hôtel de Disneyland Paris ( Santa Fe ) depuis plus de 25 ans. Il y a trois ans, elle a signalé une blessure au poignet à son superviseur, qui l’a obligée à continuer de travailler sans aucune modification à son emploi du temps, malgré une note du médecin allant en sa faveur. « Le travail est trop épuisant et exigeant pour qu’ils puissent suivre des cours ou une formation supplémentaire. Ils sont tellement plongés dans la survie, ils ont assez d’heures, ils font avancer les choses. S’ils n’ont pas suffisamment d’heures, il s’agit alors de trouver un autre emploi pour un revenu supplémentaire. », dit Benjamin Amar.


La façon dont les femmes de chambre sont traitées peut dépendre de la philosophie et de la gestion d’un hôtel en particulier


Le bien-être d’un accompagnateur dépend en grande partie de la culture de la direction de l’hôtel, ainsi que du type de programmes mis en œuvre. Joseph Rochereau, cadre supérieur des femmes de chambres de l’Hôtel Fauchon Paris 8e avec plus de 10 ans d’expérience dans l’industrie de l’hôtellerie de luxe, dit que la façon dont les femmes de ménage sont traitées peut dépendre de la philosophie de gestion dans un hôtel particulier. « Le style de leadership du directeur général peut vraiment donner le ton à la façon dont ils veulent que tous leurs employés soient traités », dit Jospeh. « Les femmes de ménage ont un travail si important et il est vraiment important de les reconnaître et de les célébrer. », rajoute-t-il.

Joseph Rochereau dit que « l’entretien ménager est le cœur de l’hôtel et habituellement la fonction la moins appréciée ». Les directeurs de salle devraient avoir un lien étroit avec leur personnel et « s’assurer que le leadership est bien présent » lors des déjeuners ou des événements du personnel. C’est une façon de faciliter la communication entre les ministères.

« Soyez cohérents et éduquez les travailleurs sur la façon de mieux utiliser les positions corporelles pour accomplir des tâches.», suggère-t-elle. « Parce que nous avons une quantité de pièces à finir, les travailleurs se précipitent. Ils ne se soucient pas des mouvements et des positions, et au bout du compte, ils ressentent beaucoup de douleur dans leurs corps. ».

Les programmes visant à aider les femmes de ménage à soulager la fatigue corporelle devraient inclure l’utilisation de visuels et de vidéos, ce en quoi Joseph croit fermement. Il suggère aux entreprises d’impliquer le personnel dans les vidéos, tout en leur montrant comment utiliser les bons postes. La traduction du matériel de santé et de sécurité dans les trois principales langues parlées par le personnel d’entretien ménager est également essentielle.

 

Agathe Pichon et Jeremie Balouka

Par Sarah Ouaddi

Dernière modification le 19/05/2021 à 12h59

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Le Zéphyr, d’une passion à la création

Le Zéphyr, d’une passion à la création

Image illustration FRANÇOIS COUNE (Aka. Livraisondemots) : Interview Life

FRANÇOIS COUNE (Aka. Livraisondemots) : Interview Life

Image illustration Pakomifo, le premier EP (génial) de Renard Tortue

Pakomifo, le premier EP (génial) de Renard Tortue