Sport

Le Tahtib : l’art de la danse du bâton

Publié le 21 septembre 2021

Venant du temps des pharaons, le tahtib prend forme en Egypte. Dans le pays, cet art du combat à l’allure dansante se transmet de génération en génération. Une maîtrise bien gardée et qui n’empêche pas les plus passionnés de le faire évoluer pour faire de sport un art martial à part entière.

 

Au vu des inscriptions en hiéroglyphes, l’ancienneté du tahtib est estimé par des égyptologues à environ 2600 ans avant J-C. Un sport antique qui, en Égypte, est enseigné par ce que l’on peut appeler des maîtres du tahtib. Ces professeurs détiennent le secret et le savoir pour une parfaite maîtrise de cet art martial égyptien.

Qui dit danse de bâton, dit musique ! En effet, tout au long du combat, les adversaires sont accompagnés d’une musique traditionnelle aux différentes sonorités du mizmar et du tambour. Cette spécificité permet au tahtib de mieux se distinguer en alliant cet art corporel à l’art de la musique.

 

Qu’est-ce que le tahtib ? 

 

De la musique et un bâton en bois de 1 mètre 30 c’est tout ce dont les joueurs auront besoin. Comme chaque sport qui se respecte, il est nécessaire de saluer son adversaire. Ici, les adversaires se saluent en élevant leur bâton vers le ciel, sautillant et dansant sur les airs de musique.

Lors du combat, le joueur cherche à éliminer son adversaire. Pour atteindre son objectif, il lui faut toucher son opposant sur la tête une seule fois ou toute autre partie de son corps deux fois. Pour ne pas s’éliminer sois même, le joueur se doit de rester à l’intérieur du cercle afin de maitriser son bâton et contrer les coups.

 

Une évolution du tahtib plus moderne. 

 

Le combat en lui-même ne relate en rien un caractère violent, bien au contraire, sa pratique permet de développer un esprit combatif et inculquer le respect. D’importantes valeurs que l’on retrouve dans d’autres sports tels que le karaté ou le judo par exemple.

Pour ces nombreuses raisons, les plus passionnés de ce sport souhaite faire reconnaitre la pratique du tahtib dans le monde afin de ne pas perdre ce patrimoine. Des efforts, qui semblent être dans la voie, car depuis 2016, cet art du combat s’est fait reconnaitre par l’UNESCO comme patrimoine immatériel.

 

De nos jours, appelé « Modern Tahtib » cet art ancestral ce joue dans des tournois. Il est présent sous différentes formes :

-        En groupe (Tashkilas) généralement composé de 4 à 10 membres.

-        En joutes codifiées (un duo)

-        En joutes libres (jouée en duel)

Et enfin, en combat à 360 degrés composé d’un défenseur et de trois attaquants.

Pour le fondateur du Modern tahtib, Adel Paul Boulad, ce n’est que le début d’une belle aventure souhaitant que cet art martial soit inscrit aux Jeux Olympiques de 2032.

Par Sarah Ouaddi

Dernière modification le 21/09/2021 à 17h07

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Copa America : L’Argentine remporte la coupe face au Brésil

Copa America : L’Argentine remporte la coupe face au Brésil

Image illustration La montée des actes anti-LGBT+ inquiète l’Union Européenne

La montée des actes anti-LGBT+ inquiète l’Union Européenne

Image illustration Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français

Jeux Olympiques Tokyo 2020 : retour sur le palmarès des Français