Sport

Reconversion des sportifs de haut niveau : entre rêve et réalité

Publié le 5 septembre 2021

Bon nombre d’athlètes ont affirmé prendre leur retraite sportive à l’issue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo. Qu’elle soit naturelle ou prématurée, la fin de carrière pour les sportifs est un passage effrayant qui demande adaptation et préparation. 

 

Ils sont bien souvent trentenaires ou quadragénaires et nous les connaissons pour leurs exploits, leurs records, leurs performances. Mais, c’est bien connu : sportif professionnel n’est pas le métier d’une vie entière. Alors, quand ils quittent définitivement la bulle du haut niveau, finie la gloire, l’heure est désormais à la reconversion. 

 

Une transition déroutante


Aussi préparé soit-il, un athlète de haut niveau en reconversion est confronté à un triple choc. Le premier étant très logiquement le choc physique. Et pour cause, l’arrêt d’une carrière sportive implique nécessairement un changement du rapport à son corps. Pendant de longues années, tous le perçoivent comme un outil professionnel au service de leurs performances mais, quand sonne l’heure de la retraite, l’utilité de ce dernier est remise en cause. Deux cas de figure peuvent alors se manifester : la dépendance au sport ou le rejet total. Autre bouleversement : le choc identitaire. L’arrêt de la carrière sportive est, pour beaucoup, synonyme d’anxiété, voire de dépression. Les doutes, les questionnements, les pressions sont systématiques et constants, entraînant un mal-être et une baisse de l’estime de soi. De même, lors de sa reconversion, l’athlète se verra confronter à un nouvel univers professionnel dans lequel il n’a que très peu de repères et de connaissances, l’obligeant à s’adapter rapidement. Dernier point : le choc social. Beaucoup parlent de “petite mort”, car, très simplement, la vulnérabilité et le doute viennent remplacer le triomphe et la gloire. Celui qui était perçu hier comme un héros national n’est désormais qu’un simple citoyen, qui doit également affronter le regard d’autrui qui ne va cesser de le renvoyer à son passé. Difficile alors de s’en affranchir pour aller de l’avant et repenser sa carrière. 

 

Le basketteur français Rudy Gobert est devenu en 2020 le sportif français le mieux payé de l'Histoire, touchant 40 millions de dollars par an - Source : Twitter

 

Au-delà de ce triple choc, reste la question financière. Loin de l’image du footballeur millionnaire, la plupart des sportifs ne peuvent pas vivre de leur sport. En effet, en 2017, les 10 sportifs français les mieux payés gagnaient 40% du total des salaires versés selon un rapport de L'Équipe. De même, le rapport Karaquillo publié en 2015 affirme que 4 sportifs de haut niveau sur 10 gagnent moins de 500 euros par mois. Mais peu importe le salaire perçu chaque mois, il s’agit avant tout de la perte d’une source de revenu, parfois la seule. Dans un tel contexte, force est de constater que la reconversion est une obligation plus qu’un choix pour maintenir un niveau de vie stable. 

 

Une préparation en parallèle de la carrière


En 2020, la France compte près de 6 000 sportifs de haut niveau selon le Ministère des Sports et, parmi eux, 55% sont élèves ou étudiants et mènent ce qu’on appelle le “double projet sportif”. Apparu dans les années 1970, il s’agit très simplement d’un moyen permettant d’assurer un avenir professionnel post sportif tout en s’impliquant pleinement dans sa carrière d’athlète. Le tout avec plus de sérénité et d’épanouissement. Concrètement, il s’agit entre autres du CNSD - Centre National des Sports de la Défense -, des CREPS - Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives - ou de l’INSEP - Institut national du sport, de l'expertise et de la performance -, des établissements labellisés (voir carte) sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des Sports qui permettent de mener un double projet sportif. Pour ce faire, les emplois du temps sont aménagés en fonction des grandes échéances sportives (championnats, Jeux Olympiques…). A l’issue de leur carrière sportive, les athlètes sont alors en mesure de trouver un emploi ou de poursuivre une formation en études supérieures. 

 

Crédit : INSEP


Autre système mis en place en 2017 sous la mandature de François Hollande : le “Pacte de performance”. Là encore, l’Etat a fait de la reconversion des sportifs un véritable enjeu. Le Pacte de performance est un accord signé entre une entreprise et l’Etat permettant d’adapter le contrat de travail à l’emploi du temps de l’athlète. Ce dernier devient alors mi-salarié, mi-sportif et l’Etat est chargé de compenser ses absences par des contreparties financières versées à l'entreprise. 


Il est toutefois essentiel de rappeler que tous les anciens athlètes de haut niveau ne deviennent pas coachs, entraîneurs ou journalistes sportifs. Une étude de la Direction des Sports montre même que 38% des reconvertis exercent un métier qui n’a aucun lien avec le domaine sportif. L’exemple phare n’est autre que Yannick Noah. Celui qui a remporté Roland Garros en 1983 s’est reconverti dans la musique dès les années 1990 et n’a depuis cessé d’enchaîner albums et concerts. De même pour David Douillet qui a troqué le kimono pour le costume cravate quotidien d’une carrière politique. L’ancien judoka a même été ministre des Sports sous Nicolas Sarkozy. 

 

Crédit : AFP


Doux souvenir pour les uns, vif traumatisme pour les autres, une chose est sûre, la reconversion après une carrière sportive est une nouvelle vie qui commence, tant sur le plan professionnel que personnel. 

Photo de couverture : La Dalle angevine

Par Loïs Larges

Dernière modification le 08/09/2021 à 09h19

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration La culture du viol : on en finira, un jour ?

La culture du viol : on en finira, un jour ?

Image illustration "Je suis toutes les filles" : Un sombre fléau aux Etats-Unis

"Je suis toutes les filles" : Un sombre fléau aux Etats-Unis

Image illustration FRANÇOIS COUNE (Aka. Livraisondemots) : Interview Life

FRANÇOIS COUNE (Aka. Livraisondemots) : Interview Life