Culture

Hélène et les... Ah non ! Michelle et les garçons !

Publié le 5 janvier 2024

Michelle et les garçons est un trio composé de Louise Duigou au chant, Hugo Sechet à la guitare et Axel Pasquier à la batterie. Avec des sons pop hauts en couleur influencés par les années 80, ils viennent d'annoncer une nouvelle tournée en France. Nous les avions rencontrés lors du MaMA Music & Convention 2023.

Hugo : Super bien !

Louise : On est ravis d’être là !

Axel : Ouais, à fond !

Hugo : C’est la première fois qu’on y est officiellement… Parce que pour la petite histoire, on devait y jouer l’année dernière dans un lieu qui n’a pas pu ouvrir pour le MaMa. Donc on avait fait un concert sauvage dans la cantine de la Cigale. C’était une expérience rigolote ! Et donc cette année, on est trop fier d’y passer vraiment et au Moulin Rouge en plus. Ça va être une grande partie de plaisir !

Louise : Tout a débuté dans une grange dans les Mauges, où on a commencé à composer comme ça. Après, les gars se connaissaient depuis 15 ans et ça faisait très longtemps qu’ils faisaient de la musique ensemble. Moi, je les ai rencontré il y a 7 ans. J’avais très envie de monter un projet de musique car je n’en avais pas du tout donc j’ai dit aux gars, « Est-ce que vous êtes chauds pour faire un projet de funk ? ». Et donc du coup, on n’a pas du tout fait de la funk ! Mais on s’est retrouvé dans cette grange pour composer et ça a donné un projet pop avec une vibe assez année 80. 

Louise : Alors Michelle, c’est mon deuxième prénom. On a trouvé le nom de groupe en se faisant une blague dans cette fameuse grange. On voulait un truc kitch et rigolo.

Hugo : Qui connote un peu avec les années 80.

Louise : Et du coup, mon deuxième prénom je l’utilisais déjà comme une sorte de nom d’artiste et on s’est dit, « Ah ouais il y a Hélène et les garçons dans les années 80. Ok bah Michelle et les garçons ça serait drôle ». Puis on a gardé la blague ! 

Hugo : Oui, carrément carrément !

Hugo : On a fait une date chez nous à Angers, je crois que c’est un peu ça.

Axel : Ça s’appelle “Tempo Rives”, c’est un festival gratuit et il y avait autant la famille que les amis que des gens inconnus. Il y avait beaucoup de monde, il faisait trop beau. On était chez nous et on sentait plein d’amour. C’était vraiment un chouette souvenir de l’été !

Hugo : En fait, un peu des deux. Je crois que le fait de jouer et de faire des concerts régulièrement déjà ça garde la machine et ça donne une effervescence. Du coup, une envie d’aller plus loin ! Donc cet été, les week-ends, on faisait les concerts et en semaine, on se voyait pour composer des nouveaux morceaux. On fonctionne comme ça et on aime bien. 

Axel : Carrément, on aime bien les deux. C’est vrai que le concert c’est un peu la mise en application de nos titres, le premier contact avec le public donc c’est trop cool ! Mais créer des nouveaux morceaux ensemble et faire de nouvelles choses c’est hyper croustillant aussi !

Louise : Oui croustillant !

Louise : Déjà ça a été un bel accouchement il y a un an ! Et ensuite, ça a été une année tellement fructueuse. Il s’est passé tellement de choses ! Hier avec Sarah, notre manageuse, on était entrain de faire une rétrospective et on disait « Ça fait qu’un an que Bizarre est sorti ». On a sorti un EP, on a fait de belles tournées. Moi, je l’ai trouvé fructueuse, belle, pleine de love avec beaucoup de bienveillance et on va tous dans la même direction. On se sert les coudes et on est trop heureux d’être là.

Axel : On est une vraie team de potes donc du coup c’est trop bien de progresser tous ensemble.

Hugo : C’est un EP en cinq titres qui regroupent Bizarre le single qu’on a sorti en premier, Gris Bleu qui est un deuxième single qu’on a sorti quelques mois après. C’est un gros cocktail de plein de premiers titres qu’on a bossé l’année d’avant en répétition. C’est hyper important son premier EP, tu te lances dans un truc et tu ne sais pas trop où tu vas. Finalement, on a pu l’amener dans un disque plutôt cohérent. 

Axel : C’est une carte de visite pour se faire découvrir.

Hugo : Et puis c’est un cocktail d’amour, autant dans comment on l’a créé, que dans les textes. C’est à dire qu’on va venir toucher plein de sujets d’amour, d’amitié, de crushs, des histoires longues…

Hugo : En vrai, on écoute beaucoup de choses différentes et on aime aussi aller voir des concerts. Donc je crois qu’on se nourrit pas mal de cette effervescence, de voir d’autres groupes se bouger un peu comme nous. Je crois que c’est un peu ça qui nous anime au quotidien.

Louise : Grave ! Moi, ce qui m’anime au quotidien c’est de lire des bouquins de philosophie. Il y a quelques mois j’ai lu un bouquin de philo qui parlait du désir donc clairement ça, ça m’intéresse trop ! Les comptes d’astrologie, les tirages de cartes sur YouTube et discuter avec mes potes… C’est clairement une grosse constitution de ce qui m’inspire tous les jours.

Axel : Ouais carrément ! Et je pense que c'est ce qui nourrit nos textes au quotidien. Moi, je me sers à fond de ça ! De voir les relations qui sont autour de moi pour nourrir un peu les textes. 

Hugo : En ce moment, on a plusieurs sessions studio jusqu’en janvier à peu près pour composer des nouveaux morceaux. On va essayer de créer comme un nouvel EP.

Louise : Un nouveau babe !

Hugo : C’est ça ! Un nouveau bébé qui va prendre forme doucement. En ce moment, on est assez concentré sur la direction artistique sur laquelle on veut aller sur le prochain projet.

Louise : Non, on va garder la vibe Michelle et les garçons qui est des paillettes, des flashs, des explosions et des coups de feu dans des flammes ! Mais on est en train de travailler la direction artistique, un peu comme si on allait ouvrir une nouvelle porte de Michelle et les garçons et qu’on allait vous montrer.

Axel : On va encore plus loin.

Louise : Ouais, comme une nouvelle porte du manoir.

Louise : On va continuer de parler de l’amour parce que c’est le plus beau des sujets !

Hugo : Des relations humaines en tout cas.

Axel : On s’est souvent posé la question tous les trois en sélectionnant un peu des goals de lieux ou festivals dans lesquels on a envie de jouer. 

Hugo : De pouvoir continuer à en vivre bien, d’être heureux et toujours entouré d’une équipe de potes. Ça serait trop bien ! Et en goal un peu drôle, genre faire une tournée en Tourbus. C’est un peu un rêve de voir ce que ça fait.

Axel : Moi, j’ai trop envie de faire mes courses dans un supermarché et que là, il y a un de nos sons qui passe !

Louise : Et moi, je crois qu'un de mes rêves ultimes, ce serait de partir faire des tournées à l’étranger.

 

Vous pouvez retrouver Michelle et les garçons par exemple le 26 janvier à Nantes, le 29 janvier à Paris ou encore le 14 février pour un petit date de Saint-Valentin à Lyon ;) La liste des villes où ils passeront est disponible sur leur Instagram @michelle_et_les_garcons !

 

Crédit photo : AMELINE VILDAER

Par Agathe Pichon

Dernière modification le 05/01/2024 à 12h00

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration «  Ne vous résignez jamais » : L’implacable Gisèle Halimi, à la confluence des luttes féministes et coloniales

«  Ne vous résignez jamais » : L’implacable Gisèle Halimi, à la confluence des luttes féministes et coloniales

Image illustration La seconde édition du festival Pop&Psy : “L'inclusion, ce n'est pas inné, c'est un effort. Il ne suffit pas de le dire pour le faire.”

La seconde édition du festival Pop&Psy : “L'inclusion, ce n'est pas inné, c'est un effort. Il ne suffit pas de le dire pour le faire.”

Image illustration “L’écriture a été mon rempart thérapeutique à des troubles cliniques plus graves.” : Interview de Marie Darrieussecq, écrivaine et ancienne psychanalyste

“L’écriture a été mon rempart thérapeutique à des troubles cliniques plus graves.” : Interview de Marie Darrieussecq, écrivaine et ancienne psychanalyste