Sexe

Les travailleurs du sexe en France

Publié le 8 octobre 2021

Certains sont discrets, d’autres assument en public leur métier : les travailleurs du sexe montrent de plus en plus leur quotidien sur les réseaux sociaux. Par des vidéos drôles ou explicatives, ces personnes cassent le sujet encore tabou de leur travail.

Indépendante de son business depuis les premiers mois de son métier de TDS, de son
corps et de sa sexualité, @libellulelaqueen comptabilise plus de 191 700 abonnées et 6 millions de likes sur Tik Tok.
Seule son vrai prénom reste privé, sinon Libellule répond à coeur joie à toutes les questions que se posent les internautes. La réaction de ses parents face à son métier dit « hors-norme » et qui la soutiennent au quotidien depuis sa première paye, ce que pense son compagnon de longue date, comment gère-t’elle son entreprise etc.

Le terme TDS (Travailleur Du Sexe) englobe plusieurs branches du métier : les prostitués vendant une prestation sexuelle contre une rémunération, les personnes vendant des vidéos ou photos, seuls ou accompagnés, sur des sites spécialisés comme Only Fans ou MYM, les cam-girls qui utilisent leur webcam pour montrer leur corps explicitement en échange d’une rémunération etc.

Libellule est créatrice de contenus pornographiques personnalisées, dominatrice et cam-girl. Elle explique bien qu’elle paye comme tout le monde des impôts donc c’est un bien un vrai métier qu’elle fait à temps plein : « Je fais ce que je veux, quand je veux et je gagne ma vie par rapport au travail que je fournis (...) mes pensées et décisions
m’appartiennent» (extrait de son interview sur O-Rigines). Elle nous montre également ses manucures plus colorées les unes que les autres (que je rêverais d’avoir), ce qui en devient l’image emblématique de ses réseaux sociaux. Une interview complète de Libellule, disponible sur la chaîne O-Rigines, est à voir où plusieurs inconnus viennent lui poser des questions sans tabous et où elle répond volontiers tout en parlant de l’envers du décor de ce métier, encore mystérieux dans les mentalités.
« Traiter quelqu’un de fils de pute ou de pute, cela ne veut plus rien dire en 2021 », dit Libellule dans cet interview :
Une libération de la parole d’une TDS faisant plaisir à voir !

D’autres travailleurs du sexe se montrent en public, comme @_madamelilith qui a 29 300 abonnés sur Tik Tok et 2 000 abonnés sur Instagram, même si souvent les comptes sont très vite bannis ou censurés pour d’autres raisons que la nudité. Libellule l’explique sur une de ses vidéos Youtube (@Libellule), c’est parce qu’elle crie « à la
Liberté Sexuelle Féminine ».

Le STRASS
Etre travailleur du sexe en France n’est pas interdit par la loi si la personne est majeure et non vulnérable en raison d’une maladie, d’une infirmité, d’une grossesse ou d’une déficience psychique ou physique.
Il existe depuis 2009 un syndicat du Travail Sexuel en France : le STRASS. Ce syndicat lutte contre les agressions sexuelles ou viols pouvant arriver au sein de ce métier.
Malheureusement beaucoup de personnes oublient que le consentement doit toujours s’appliquer, même si une personne se prostitue et ne veut plus réaliser une prestation pour une quelconque raison. Le STRASS explique sur son site internet que tout acte sexuel tarifé entre adultes doit être encadré : « l’acte sexuel doit être accompli avec le consentement libre et éclairé de chaque partenaire », « l’acte sexuel ne doit pas être imposé à la vue d’autrui dans un, lieu accessible aux regards du public », le proxénétisme quant à lui est puni par la loi.

Par Agathe Pichon

Dernière modification le 08/10/2021 à 18h11

Partager Tweet

Commentaires

C'est vide ici

Aucun commentaire n'a été trouvé !

Votre adresse e-mail ne sera utilisée que pour vous demander des informations éventuelles concernant votre commentaire.

Cela peut vous intéresser

Image illustration Allocution d’Emmanuel Macron : « Un été de mobilisation »

Allocution d’Emmanuel Macron : « Un été de mobilisation »

Image illustration La montée des actes anti-LGBT+ inquiète l’Union Européenne

La montée des actes anti-LGBT+ inquiète l’Union Européenne

Image illustration Lilia : " Fonce ! C’est que du temps gagné pour toi ! "

Lilia : " Fonce ! C’est que du temps gagné pour toi ! "